Divine Escapade

06.02.16

Il faut que tu respires

2015-07-30--15

Quand je vois une route de béton, des voitures, des immeubles, des usines, je me dis : "Mais qu'est-ce qu'on est donc en train de faire ?". On casse notre maison et nos ressources, sous des prétextes inextricables de "progrès", "mieux vivre".  

Mais le progrès, ne serait-ce pas plutôt de réfléchir à arrêter de casser notre maison ? Et pas juste parce qu'elle est belle, même si ça en fait partie. Mais parce que c'est elle qui nous donne ce dont on a besoin.

2015-07-30--16

2015-07-30--16

Alors, d'accord, je mets une polaire à l'intérieur en hiver au lieu de chauffer fort, je n'ai que du vinaigre blanc comme produit d'entretien, je n'achète aucun plat préparé, des fruits et légumes qui viennent uniquement de mon jardin et de mon pays, et ma seule crème pour avoir une jolie peau, c'est de l'huile de noisette. 

Mais je me sens tellement infime. J'aimerais faire revenir la forêt, les grands prédateurs, les vers dans la terre, les troncs d'arbres morts et les chiroptères qui vont avec, les meuniers, le petit bout de potager pour tout le monde. 

2015-07-30--17

2015-07-30--17

2015-07-30--17

Je sais pas trop comment, l'humain se tourne vers des envies, des besoins, qui pourtant cassent la maison dans laquelle il vit, la Terre. 

Je sais pas pourquoi, on veut avoir la voiture puissante, la télé grand écran, l'i*ad, l'i*od, l'iph*ne, envier ceux qui partent aux Seychelles parce que "ça c'est des vraies vacances", la pla*station, la domotique, les paquets gâteaux avec mille emballages, les briques de jus de fruits, la salade en sachet... 

Ca me saoule qu'on trouve que c'est super pratique, qu'on vit mieux avec que sans, ça me saoule que ça nous procure du plaisir. Ca me saoule que des choses qui cassent la Terre nous procurent du plaisir. Ca me saoule d'avoir acheté de la salade dans un sachet aux dernières courses. 

2015-07-30--17

2015-07-30--17

J'aimerais aider à changer tout ça. On peut se changer soi, mais pas les autres, alors je sais pas quoi faire. A part raconter, peut-être, ici. Montrer.  

Dans quelques mois je vous raconterai à quel point je suis heureuse quand on m'offre un plant de basilic aux premiers réchauds de l'été, parce que je sais que je pourrai en faire des pesto à en couper le souffle, le laisser monter en graines et en faire des petits sacs en tissu qui sentent bon à vous offrir.

2015-07-30--17

C'est juste un cri du coeur, parce que j'aime ma maison plus que tout, que j'ai besoin d'elle, et que je porte un profond respect à celle qui me donne ce qu'il me faut pour vivre bien.  

2015-07-30--17

Posté par Elle- à 18:33 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,