05.06.08

Je veux encore

PICT4009

PICT4147

       Nous nous égarons dans la forêt après avoir vu les daims de la réserve. Si la prairie procure un sentiment de berceau, il n'en est pas moins vrai du relief, des pierres dentées, des mousses sur les souches, du ruisseau qui longe le chemin, des craquements de part et d'autre, des sentiers étroits bordés par les hauts conifères qui laissent oublier toute vie humaine et vous laissent voir le ciel par des formes choisies.

Midi, nous redescendons au village.

06

PICT4002

PICT4015

PICT4017

PICT4019

       Ce soir, la rue est en vie, car c’est la fête savoyarde au Chalet. La petite Clara est agenouillée sur sa chaise, les mains sur le dossier. Elle regarde. Et là, dans un sourire, fait un salut de la main. Bien vite, elle se retrouve sur les genoux d’Eliness, qui l’aide à écrire les lettres dans les cases en tenant le crayon avec elle. La mère vient vers nous : « Merci, c’est gentil, elle s’ennuyait ! ».

PICT4091

Vient le temps du dessert et ses chansons. Bien vite la salle entière s’emporte dans le chant en écho, les fausses notes aussi, les sourires en levant le verre.

Clara veut danser. Nous respectons consciencieusement les rondes et les arabesque artistiques de l’enfant, qui nous tient chacune par la main, avant de retourner danser avec ses parents.

C’est avec surprise que je vois ma grand-mère se lever doucement. Mon père la suit, aussi étonné que moi, tellement qu’il en rit. Eux, danser ? Je n’y crois pas. Nous nous retrouvons ainsi main dans la main, en ronde, à danser tous ensemble. J’aimerais qu’elle s’en souvienne. Le moment est spécial, dans l’ivresse, mon père donne la main à sa mère, qui donne la main à ma mère, qui me donne la main, et moi qui donne la main à Eliness, qui donne la main à mon père, qui...la musique a un autre goût, d’un coup. Je veux encore chaque jour voir mon père avec un tel sourire.

lune

Ce soir, plus tard, Dans nos lit superposés sans un mot, la lumière éteinte, j’entend Eli qui lève le bras. Je descends le mien, nous nous serrons la main un instant, sans une seule parole.

Posté par Nelle_ à 19:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

04.06.08

J'en suis amoureuse

05

PICT3952
       
       En s’approchant du Mont, juste à son pied, l’eau est blanche : les glaciers fondent. Séparées de la prairie par la rivière en méandres, nous ourlons le Mont de nos pas, juste à la frontière des arbres qui le parent. En levant la tête vers eux se tient tout un monde : la réserve naturelle du Mont est un habitat impressionnant, dans laquelle les yeux se perdent en regardant l’humus sombre au milieu des arbres, le tunnel immense qui semble ne pas avoir de fin et receler de trésors vivants. Elle attire, cette forêt, elle impressionne sans inquiéter.

05

PICT3917

PICT3920

En rentrant de notre promenade, nous choisissons de passer par le village. Ici subsistent des fermes avec de gros et gentils chiens qui montent la garde, des vaches, une écurie en vieux bois avec la date écrite sous une croix... Le contraste est charmant : là, au seuil du monde parfois mystique de la nature, un petit village vit au calme. Certains font les courses, d'autres passent la tondeuse, d'autres encore se promènent et vous disent bonjour en souriant, comme si c'était évident. Pour une fois.

PICT3926

PICT3930

PICT3933

PICT3964

PICT3967

- le soir -

       Ah, cette convivialité à table, cette salle chaleureuse et ces gens qui communiquent comme si c’était une évidence, cette protection de la chaleur d’un intérieur, doublée de la nuit qui tombe sur la montagne juste sous nos yeux ! Une protection dans une protection, coloriées d’un air de rêve : cela s’appelle se sentir bien. Ou: se sentir chez soi. C’est une certitude qui semble venir tout naturellement de votre intérieur. 

« La nuit qui tombe sur la montagne, avec le reflet des lampadaires dans la vitre, c’est Grand. Tu sens ? »

Le reflet de ta vie superposé au tableau de ton extase. Vous reprendrez bien un petit frisson ?

La poésie vivante n’ayant pas de limites, après le festin, nous voila galopantes vers le Mont. La nuit, tous les Monts sont gris. Rien ne s’éteint dans le noir: la masse sombre qui vous fait face n’a jamais été aussi présente, avec pour unique lumière celle des étoiles et de la lune. Rien ne te fait plus ressentir à quel point tu es petit et impuissant que les contours de cette masse géante qui s’imprime sur le fond de ciel, cette masse noire qui doit grouiller de vie à l’heure qu’il est. La fascination me cloue sur place. J'en suis amoureuse.

Il est minuit. La lune est à notre droite. « Regarde ça, c’est magnifique, j’ai jamais vu un ciel aussi beau. ». Le Mont ne se laissera pas photographier, comme si l’instant ne devait appartenir qu’à l’instant. Nous repérons la Grande Ourse, et c’est le silence. Pour se parler du paysage et sa grandeur, nous avons notre voix timide comme si nous ne nous connaissions pas beaucoup, celle avec laquelle l’on dit des choses profondes en se disant tout bas que ce n’est pas comme ça qu’on aimerait les dire. Elle me tourne le dos, devant moi, et je l’entends dire « Anne, je vais pleurer ». Elle résiste, et dans un élan « Allez viens, on y va. ». Elle se retourne et rajoute : « Tu vois là, je comprends tout à fait ce que tu avais voulu me dire à propos d’ici ». Je souris, et nous remontons vers le village.

Posté par Nelle_ à 23:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
03.06.08

Le berceau

PICT3925

        Le ciel est d’un bleu incontestable. Montagnes, frissons dans l’échine. Au loin, des sommets encore enneigés. C’est à cet instant que mon vocabulaire apparent ne se limite plus qu’à « c’est beau, j’adore » ; et ce n’est pas l’habitude de venir ici qui m’empêche de le répéter trente six mille fois. Tous les sens sont en éveil.

1200 mètres de bonheur. Je sens mon esprit qui se réveille et s’apaise à chaque fois.

05

       Après le repas, c'est au Mont que nous allons. A son pied s'étend une vaste prairie, où les herbes sont laissées libres de pousser, dans un charmant désordre champêtre où l'on se délecte en s'y emmêlant les pieds. Le soleil est toujours là. Ici, les prairies ne sont pas fermées par des fils de fer : liberté. Au passage des pas, des insectes sautent à hauteur du ventre, tandis que d'autres volent autour de vous. Le son est une musique : du chant des insectes, en passant par les cloches de la chapelle jusqu'au meuglement joyeux des bovins. Ici, comment ne pas se sentir protégé ? L'on court à perdre haleine, l'on observe, l'on tourne sur soi-même puis l'on finit par se coucher, là, au milieu, dans la prairie bordée par les montagnes, comme dans un berceau.

« Tu sens là ? A chaque pas, la terre absorbe un souci », me dit Eliness.

05

05

05

05

06

05

06

PICT3914

Posté par Nelle_ à 15:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,