23.07.08

L'intensité de la lumière

08

       Flotte une odeur d'herbe, d'arbres fruitiers, de vignes, de leur terre, de chemins de promenade, de soir-alors-qu'il-fait-encore-jour. C'est une lumière à enfance, ça. De ces étés où l'on peut jouer encore dehors, avant, et après le repas, parce que demain matin le réveil ne sonne pas.

08

       Ce soir au repas, quelqu'un parle de « the intensity of the light », alors qu'il n'existe plus que la lueur de la bougie, et celle de l'astre. "You can not understand Cezanne, tant que vous n'êtes pas allés on the places of his paintings.", dit-il. "There, you see the lights, and colours, seasons...", lui répond une femme d'un air mi affirmatif, mi-questionnant.

08

08

08

Posté par Nelle_ à 18:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10.07.08

S'arrêter de penser, et juste ressentir

S'arrêter de penser et juste ressentir

07

Posté par Nelle_ à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,