20.08.08

Comme un cerf-volant

27493673

       Je l'aimais bien, son cerf-volant aigle. C'est le seul qu'on a su faire voler dans le verger, une fois je crois. Qu'est-ce qu'il nous a fait courir ! Et puis, l'histoire de la Glinglin, j'y croyais. J'y croyais parce que c'était Lui qui racontait. Rien n'est absurde quand on est petit, sauf les problèmes des grands.

On ne s'est jamais perdus dans la forêt, mais je l'entends encore nous dire : "Si vous vous perdez un jour dans ma forêt, vous marchez toujours, toujours tout droit".

Les chaises à fleurs brunes et orange et les tables de camping vertes en formica, ça faisait hippie. Les grandes lunettes de soleil aussi. On était trop petits pour monter aux échelles et cueillir les mirabelles et les quetsches; heureusement qu'un des pommiers avait poussé en pensant à nous: assez couché pour qu'on puisse y pendre des couvertures pour faire une cabane. Je l'appelais déjà "mon arbre".

27493618

       On ira, des tas de fois, comme un quotidien, à ce "chez-moi". J'aurai une robe à fleurs, mes longs cheveux lâchés qui tomberont dans le bas de mon dos, et de grandes lunettes de soleil. On emmènera de la grenadine. On fera la sieste sous la brise, puis tu grimperas dans le mirabellier les yeux encore embués, et me lanceras un fruit cueilli au plus haut, pas vraiment au hasard.

1992

Posté par Nelle_ à 17:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,