Je me réveille avec le jour et il n'est enfin plus trop tard. Je mets le nez dehors ; une brise amicale me caresse, un soleil majustueux réchauffe la véranda dans laquelle je vais pouvoir petit-déjeuner à nouveau. J'ai chaud. Enfin. J'ai chaud. Je suis inondée de lumière, et bonheur d'habiter ici, je n'entends que des oiseaux qui s'en donnent à coeur joie et je respire un air aux odeurs d'herbe, de pins, de bourgeons qui arrivent, et probablement de barbecue à midi. J'imagine déjà ce que je mettrai bientôt dans le potager.

2015-03-14--13

2015-03-14--13

Et puis il y a Lana. Lana, c'est le bout de chou de petite voisine de trois ans, qui a emménagé ici au printemps dernier. Sa maison, c'était celle de Juliette, la doyenne du village. Juliette qui me regardait toujours par sa fenêtre, qui me donnait des pinces à linge quand je n'en avais plus, et qui avait l'air si émue lorsque je lui avais donné un pot de confiture de groseille. Et puis elle s'en est allée. Mais une petite vie en remplace une autre, et aujourd'hui c'est une petite Lana avec toujours une touche de rose qui se pointe à mon grillage.

2015-03-18--17

2015-03-18--17

Sa mère me dit : "Ce matin elle a déjà couru partout en demandant : "Où est la voisine ?" ". J'aime bien discuter avec Lana. On parle de nos chiens, de mon chat, de savoir s'ils sont petits, moyens ou grands, de se dire qu'ils ont de beaux colliers. Elle me dit que le Mini-Loup est rigolo et elle lui fait des câlins sur le museau. Lana est toute petite, mais elle n'a pas peur des chiens. Et puis j'ai donné un oeuf Kinder à ma petite souriante. Elle a couru vers sa mère, toute heureuse, et est revenue au grillage, apposer sa petite main pour toucher la mienne. Elle m'a dit : "Après on vient". Lana voulait venir chez moi (mais ce sera pour une autre fois, je n'ai pas pu cette fois-là). C'est mon bout d'amour, mon bout de sourire à moi, Lana, et j'aime croire que ce n'est pas un hasard si on me l'a envoyée là. Le genre d'amour gratuit, qu'on vous donne insonsciemment, et qui vous fait encore aimer un peu l'humain. 

Je fais un tour au jardin, comme tous les matins au réveil, pour m'ouvrir l'appétit. Le printemps revient dans l'harmonie.

2015-03-16--17

2015-03-18--13

Et entre nous, heureusement que les beaux jours reviennent, parce que lorsque j'ai vu ça, j'ai cru que je ne voyais pas bien :

2015-03-02--20