04.01.16

L'oeil de Takeo

03-01-2016 12-13-28

C'est une balade en forêt tout en douceur. 

03-01-2016 13-03-10

On s'asseoit par terre. Je lis à Takeo (mon compagnon de route) des passages d'un livre que j'aime. Un livre qui parle de loups et d'hommes qui apprennent à s'apprivoiser (La Promesse des Loups, Dorothy Hearst). Là, en plein milieu de la forêt, en haut d'un rocher, je suis assise par terre en train de lire à quelqu'un des passages d'un livre. On se croirait dans un film mais c'est bel et bien la vraie vie qu'on sublime.  

On entend chanter des oiseaux, puis on déjeune sur un banc, avec même du magret de canard. 

03-01-2016 13-03-42

Takeo me dit : "Quand je me balade dans la nature, j'aime être attentif à ce qu'il se passe autour de moi". Il a tellement raison : il me fait remarquer des chevreuils, on voit des troncs d'arbres argentés, de jolies racines, des arbres morts si précieux pour Dame Nature, une petite bête par terre, une cabane, on caresse des chevaux...  

03-01-2016 13-03-25

03-01-2016 13-03-01

L'oeil qui a délicatement capté ces moments enchanteurs appartient à mon compagnon de route. Les photos ont été prises par lui.
La lame de son couteau à fromage était gravée "Carpe Diem". 
Je crois que c'est réussi. 

Posté par Elle- à 09:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

28.12.15

Le secret du Bonheur

Il paraît que le Bonheur réside dans le fait d'essayer de trouver du beau dans ce que l'on possède déjà, de matériel, et immatériel.

09-11-2015 18-50-15

Mais je ne veux pas essayer de me satisfaire de ce que j'ai. J'aime ce que j'ai, j'y vois du beau, mais je crois que la clé est aussi dans le rêve. L'envie. Au mieux, de faire ce que l'on peut pour le réaliser, ce rêve. 

Qu'on y arrive ou pas, peu importe, moi je veux avoir des rêves et des envies devant moi à poursuivre. C'est ce qui me donne le Souffle.

107622152_o

J'ai écrit ces mots après un cours de piano. Mon élève a ce soir-là laissé sur mon canapé le livre « L'homme qui voulait être heureux » (Laurent Gounelle).
On a joué un 4 mains, une berceuse. C'était écrit « doux et tendre » en haut de la partition. Alors on a fait l'apologie de la douceur.  

 2015-09-22--19

 Toujours plus loin. 

Ps : Joyeux Noël de la part de Miniloup

007

008

Posté par Elle- à 08:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
23.12.15

Marcello

1989

Marcello c'était un peu comme mon deuxième papi, que je voyais une fois par an chez lui, à Sienne, en Italie. C'était un bout de ma famille.

Il est parti ce matin, surfer sur les arcs-en-ciel. 

Aujourd'hui s'en va un petit bout de mes jours en Toscane. Je n'oublierai pas Johnny le chat, ni les ploufs dans la mer. 

07

07

07

07

Chez Marcello et Felida, il y avait des morceaux énormes de mortadelle et de pecorino sur la table. On les râclait au couteau après avoir mangé une soupe avec des pâtes. Ils me disaient tout le temps "Che Bella Ella !", lui en posant sa grande main protectrice sur ma joue.

Et puis même si je n'aime pas les villes, ils en habitaient une dans laquelle j'ai pu capter des moments d'amour au soleil. Voici Sienne. 

07

07

07

07

07

07

07

On mangeait à 13h puis on faisait la sieste, et seulement vers 16h toute la vie reprenait. On allait à la supérette acheter les meilleures tomates de toute ma vie, puis prendre une glace sur la Piazza Del Campo. 

07

07

07

07

07

07

Ce matin, il s'est réveillé à 7h pour aller aux toilettes comme d'habitude, a discuté un peu avec Felida, sa femme, puis s'est rendormi... pour toujours. 

1992

1996

Pour toujours. Ciao Marcello ! Sarai sempre nel mio cuore. 

Comme quoi la fin... ça peut aussi se passer joliment. Doucement. 

Posté par Elle- à 09:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
19.12.15

Ceci est un message clandestin

07

Ceci est un message clandestin, enregistré en brouillon, jamais organisé, jamais fini, publié tel quel après une nuit blanche trop noire. 

J'implose. 

Amour, amour, ok, mais d'abord il faut se développer soi, tout ça. Je t'emmerde, belle parole. On vit tous pour ça. On est tous tournés vers la quête de celui/celle qui sera notre Autre. Les livres, les chansons, la culture, l'art, les films, la vie. Un animal sociable, de famille, même celui qui te dit philosophe qu'il faut d'abord être heureux tout seul. On a besoin de l'autre. 

La santé, l'argent. L'amour. 

Et j'ai un cratère béant en moi, un volcan plein et vide à la fois qui voudrait donner et recevoir, parce qu'il en ressent un putain de besoin, c'est physique, c'est prenant, ça fait mal parfois.  

Posté par Elle- à 14:20 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
16.12.15

Wonder-Moments

05-12-2015 22-15-27

Depuis le début du mois, chaque matin je trépigne : quelle surprise se cache dans mon calendrier de l'Avent ? J'ai une chance immense d'avoir une Wonder-Maman qui a confectionné cet incroyable calendrier. Pour les curieux, voici un extrait de ces petits plaisirs inégalables.

05-12-2015 22-19-18     05-12-2015 22-24-06

05-12-2015 22-28-59     10-12-2015 12-41-22 

13-12-2015 09-54-15     14-12-2015 11-55-22

L'automne se déroule doucement.

25-11-2015 20-37-24

Y'a des veloutés pommes-de-terre-brocolis tout crémeux : pelez des pommes-de-terre, découpez les bouquets d'un brocolis, mettez le tout à cuire dans de l'eau bouillante, égouttez, mixez avec du lait et de la crème épaisse sans trop de modération, assaisonnez (Maggi, ail, muscade...). Temps passé à préparer ? 10mn.  

J'ai ajouté de fines tranches de filet fumé de sanglier chassé par mon voisin Hubert. J'aimerais pouvoir ne manger que de la viande chassée. Surtout avec tant d'éthique qu'Hubert y met. Un animal à la vie heureuse dans sa forêt.  

25-11-2015 20-42-41

Y'a aussi des soirées au coin du feu, et mes élèves de piano qui déploient leurs ailes. R. m'a dit : "C'est drôle, à la base je n'étais pas du tout venu pour du classique, et maintenant, c'est presque ce que je préfère jouer."

Je ne les pousse à rien, j'ai juste glissé parmi leurs partitions quelques classiques qui sonnent agréables à mes oreilles, et bam, la magie de transmettre quelque chose qu'on aime a fait son effet. Ce soir-là je me suis encore dit que je transmettais bien plus qu'appuyer sur des touchess et lire un code. 

25-11-2015 21-11-38

Et enfin, y'a la Danse Hongroise n°5 de Brahms, après plus d'une vingtaine d'essais jusqu'à ne plus faire ripper les doigts. Essayer encore et encore, ne jamais fuir : une métaphore de ce que je me souhaite pour bien des situations de la vie. 

 

Posté par Elle- à 09:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09.12.15

Séjour doudou

30-11-2015 17-37-16

Mes parents m'ont dit que Mamie voulait s'en aller surfer sur des arcs-en-ciel, mais qu'elle trouvait que Dieu n'était pas si bon que ça, parce qu'il n'écoutait pas sa demande. C'était entendu, Miniloup et moi nous sommes concertés pour leur faire passer un week-end doudou chez nous, parce qu'on a besoin de voir la lumière dans les yeux des gens qu'on aime. 

On a commencé par les emmener au camion pizza qui passe dans le village les samedis soirs. 

05-12-2015 20-07-30

05-12-2015 20-32-14Ensuite, j'ai préparé leur lit. C'est déconcertant de grandir et s'occuper de ses parents, mais là c'était un déconcertant-attendrissant.

Le matin est arrivé, pile avec le ciel et le soleil que j'avais commandés.

06-12-2015 10-27-09

06-12-2015 10-27-50

06-12-2015 10-29-44

On les a câlinés, on les a fait rire, on les a aimés. Mission accomplie ! 

06-12-2015 10-36-33

 Ma mère, ci-dessous, n'a pas été lâchée d'une semelle. Les animaux savent tout. 

06-12-2015 10-59-09

"Elles te servent à quoi, ces photos ?", m'a demandé mon père.
"Ce sont des souvenirs, papa, pour retenir la beauté de l'instant, tu sais".

06-12-2015 14-14-02

Posté par Elle- à 08:42 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
03.12.15

Ceux qui montrent la voie

DSC06144

 Ce soir-là, J'ai vu mes amis Tom et Lola. Miniloup a rencontré sa nouvelle amie Laïkah. 

DSC06130

Après le kir et la raclette, j'ai ma partie de cartes ponctuée de bêtises, tricheries, grand n'importe quoi et langage fleuri. J'aime que la vie m'ait apporté ces amis-là, parce que le sérieux ne prévaut que lorsqu'on se confie les uns aux autres par besoin ou par amour. Rien, jamais, n'est prétexte à parler politique, argent, actualité. Ca m'a de toutes façons toujours ennuyée.  

DSC06115

DSC06149

Capture_2015_11_29_17_29_50_402-001

Ils me montrent des photographies et dessinent les plans de leur peut-être future maison. C'est bon de voir des âmes s'épanouir. J'ai connu Tom seul, sans travail et triste, je le reconnais accompagné, délivré, tout neuf en son dedans et son dehors. Je vois de l'amour dans leurs yeux et leurs gestes, un amour que je revois à chaque fois depuis six ans qu'ils ont entamé leur premier baiser. J'aime les gens qui s'aiment, parce que ça m'adoucit le monde. 

Capture_2015_11_29_17_30_32_193

Et puis, tout le monde va se coucher. Laïkah dans sa caisse, Miniloup dans son panier, Lola et Tom au rez-de-chaussée. Je m'endors avec une mélancolie vite lavée par une envie, un espoir, un "C'est possible". Je rêve un peu éveillée de celui qui me fera danser, puis je pars vraiment au fond des draps. 

Et le lendemain au réveil, alors que je n'ai rien demandé : 

DSC06146

DSC06147

Posté par Elle- à 11:56 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27.11.15

Comment volent les Anges

Mamie est partie à l'hôpital. Elle n'y a mangé que quelques cuillérées de soupe, et a demandé à ce qu'on lui donne une piqure pour mourir. Je l'aime, et comme je l'aime, je souhaite soit qu'elle rentre chez elle paisible, soit qu'elle puisse partir vite voler sur un oiseau multicolore par-delà les nuages. Je n'ai pas peur de sa mort. Ce n'est que le cycle de la vie, une page qui se tourne naturellement ;  mais mon petit coeur est serré car je ne veux pas qu'elle soit malheureuse. 

Je ne vais pas la voir à l'hôpital, c'est un choix. Je ne le ferai que si elle le demande. Papi, lui, ne voulait pas que je le voie ainsi, pour que je garde l'image d'un papi fringant sur ses deux pieds. 

J'ai eu mamie au téléphone avant qu'elle soit emmenée. Elle m'a dit : "Tu viendras me voir une fois, quand il fera beau".
"Quand il fera beau". C'est ce qu'elle me dit depuis tous ces mois durant lesquels je ne l'ai pas vue. 

Comme je la connais, Mamie, elle doit être en train de prier. Prier un Dieu splendide d'Amour et de Paix, pour qu'il fasse beau, peu importe où, tout le temps, partout.  

J'attends. 

"How The Angels Fly", par Mina. 

Posté par Elle- à 09:46 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
23.11.15

Qui on est

2015-09-27--017

Je confiais à un ami qu'avec mes particularités de caractère et de vie, je faisais peur aux gens. Il m'a alors répondu très sagement : "Ce n'est pas nous qui faisons peur aux gens. Ce sont eux qui se font peur tout seuls en fuyant ce qu'ils ne connaissent pas.". 

30-08-2015 22-44-40

Alors moi aussi, j'ai eu envie de rappeler aux gens qu'ils peuvent accepter qui ils sont sans crainte. Avec vos particularités, ce que vous estimez être des défauts et vos doutes. Je ne vais pas jusqu'à dire qu'il faut s'entendre avec tout le monde, mais juste arrêter les ravages en nous de ce besoin de normalité pour entrer dans les rangs. On est qui on est, et c'est en aidant les autres à nous comprendre qu'on effacera leurs craintes.

30-08-2015 22-45-09

La jeune femme M. à qui je donne des cours de piano tremblait beaucoup en jouant "La vie en rose" aujourd'hui. Elle m'a dit : "C'est parce qu'en jouant, j'essaye d'ouvrir mon coeur". Sans peur, elle m'a montré Qui elle est. 

30-08-2015 22-45-56

Posté par Elle- à 09:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21.11.15

Debout et demain

2015-07-08--23

J'osais pas. J'osais rien. Moi, le monde commun m'avait donné la peur que ci ou ça ne marche pas, la prudence à son extrême, le pragmatisme assuré. Et puis...

Il y a un an ma vie me demandait de prendre LE tournant. Elle m'a forcée (dans son sens positif) à essayer de vivre de quelque chose que fondamentalement j'Aimerai faire (donner des cours de piano). Elle ne m'a pas laissé le choix, alors j'ai tout plaqué pour faire selon son bon vouloir. Un an, le temps de me reconstruire puis construire, chercher, élaborer. Je ne peux pas encore vous dire où tout cela va car ça n'en est qu'à des balbutiements (et j'ignore s'ils deviendront des chants), une toute petite échelle, mais je peux vous dire qu'on ne regrette pas d'essayer, même s'il faut tout plaquer, quitte à ce que cela ne vous mène pas là où vous l'espériez.

Je sais bien qu'on l'entend et le lit partout, mais je vous le répète avec des frissons dans les bras : nous n'avons qu'une vie. Vivez, bordel. Vivez. Debout, et demain.

2015-08-05--10

Posté par Elle- à 09:07 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,