01.05.12

Canin-Canine

Photo 3

Photo 12

Posté par Nelle_ à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02.04.12

Le Monde des Odeurs

       J'étais dans mon bain, quand l'odeur puissante du produit au thé vert m'a prise. Elle m'a transportée là-bas, à la montagne, parce que ce bain moussant est un petit souvenir que j'en ai ramené. Je n'ai pas vu d'images ni même fermé les yeux ; c'était plutôt comme si l'instant lui-même, le monde, le moment, était revenu "là-bas". C'est comme ça que j'ai eu envie de parler du monde des odeurs, plus puissant que je ne l'imagine.

201012 1616_2

Un nuage de terre mouillée de pluie, et tout est zen
Un parfum de repas de midi dans une rue ensoleillée, et la simplicité de la vie m'envahit
Un fragrance de gazon en soirée d'été et je suis prise de légèreté
Un fumet d'oignons qui fondent dans du beurre et je deviens folle
Un bouquet de draps frais et je m'endors tout en douceur
Une effluve de Dolce Vita et je suis avec ma mère
Une senteur de vrai fumier à la campagne et je quitte le monde moderne
Un arôme de barbecue en soirée et la carnivore en moi s'éveille
Une essence de feu qui crépite dans le poele et j'ai envie d'être dans des bras
Une odeur de lilas et je suis autant femme qu'enfant
Un bonheur de sapin et...

Posté par Nelle_ à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08.01.12

Neige

02

      D'où vient cette euphorie collective autour de la neige ? Elle est sans doute le reflet de l'alchimie qui nous relie à la beauté, celle que l'on perçoit instinctivement, car c'est la Terre qui la crée. Alors elle nous recouvre, divine protection, et devient le symbole que du renouveau flotte dans le vent. Oui, aussi légèrement que les cristaux. Elle est le calme doux et feutré aussi bien lorsqu'elle est posée que lorsqu'elle est en train de tomber; et est l'énergie d'une danse virevoltante si elle s'acoquine avec un courant d'air. Elle est le paradoxe même. D'ailleurs elle ne tombe pas: elle papillonne. Et puis il y a ce "Elle est là, ça y est !", comme celle que l'on attendait, mais sans savoir pourquoi, et c'est ce qui est si bon.

02

02

02

02

02

02

02

02

02

 

Posté par Nelle_ à 10:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
13.07.11

De ces sourires impérissables

1989 1989

De ces photographies qui me font dire qu'il n'y a pas plus franc que le sourire d'un enfant. Et cet enfant, c'était moi. Et là, un questionnement : combien ai-je de photographies de moi adulte, avec un sourire aussi irréfléchi ? De ces prises de conscience qui me font me rendre compte de ce vers quoi je veux tendre.

 

Posté par Elle- à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
30.03.11

Ses Grands Yeux Noirs

002        Ce n'était pas un rêve, c'était la réalité : la voiture montait dans la forêt, on voyait la plaine au loin, et puis à un moment, juste les montagnes-collines, les arbres, les prés et les petits villages qu'on traversait. Le Rocher se détachait sur le ciel bleu mais doux de dix-huit heures, majestueux, au loin. Et on est arrivé à destination, au village.

       Elle est un peu en hauteur par rapport aux autres de la rue, comme un domaine. A l'avant, de petits bouquets de fleurs sauvages violettes, roses, jaunes, poussent dans l'herbe du jardin. Un escalier en pierre un peu esquinté mais charmant mène à l'entrée. Une grande terrasse encadre la porte. D'ailleurs, il n'y a pas qu'une porte, il y en a deux : quand on entre ici, on entre dans un nouveau monde. La première est ordinaire, la seconde est une arcade en bois. Le parquet en chêne offre des appuis doux sous les pieds. A peine dans le salon, on est attiré par une lumière : celle de la véranda. La rue, les escaliers en pierre, la terrasse, l'entrée, le salon, la véranda, tout va si vite dans mon souvenir et... le jardin. Il est interminable ; je n'en vois même pas le bout. Le grillage se fond si bien dans le décor, que l'on dirait qu'il n'est même pas fermé. Tout au bout trônent trois immenses sapins comme des protecteurs. Au-delà, l'horizon est décoré d'un verger. Juste un verger, avec quelques arbres éparses. Ce n'est pas un rêve, c'est la réalité. Quand on se retourne, on voit la maison toute petite. La vue du jardin est parsemée de pommiers, de cerisiers et de cassis qui offrent, dit-on, des fruits à n'en plus savoir quoi faire. 

       Je l'ai entendu dire "elle est à toi de toutes façons". J'ai imaginé l'escalier refait, et les photos d'avant/après. J'ai eu des visions de futur. Quelque chose m'a traversée. Quelque chose qui m'a dit qu'elle était là, la vie. C'était comme un frisson, une évidence, plus fort que moi. J'ai senti un courant d'air. J'aimerais qu'on se batte, pour que rien ni personne ne décide de l'endroit où doit se faire notre vie, nous catapulte là où il faut être et pas là où on a envie et décidé d'être.

       Le village était calme. Des moutons paissaient dans un petit pré voisin. Je cueuillais des poignées d'herbe grasse, et en relevant la tête je voyais ce gros museau noir-brun, ces grands yeux noirs, ces oreilles en arrière et presque un sourire. L'imposant cheval de traite attendait avec une impatience qui tenait de la joie que je lui donne sa friandise. Il était très gros et trapu, une force tranquille, presque irréel. Il l'a prise avec délicatesse et a disparu derrière les arbres. Ce n'était pas un rêve.

Posté par Nelle_ à 12:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01.03.11

Le plus beau cadeau du monde

020311 1345

       On irait prendre le repas sur des chaises et des tables en bois, avec des serviettes à carreaux rouges et blancs qu'on n'aurait plus besoin d'avoir envie de voler.

020311 1345_2

On irait devant le Mont derrière lequel le Soleil glisserait déjà, nous offrant cette tendre lumière de début de fin d'après-midi d'hiver. On pourrait s'éloigner de tout le monde dans la vallée, observant de loin le village vivre sans trop d'effervescence. Ca sentirait quelque chose d'indescriptible. Peut-être la neige, peut-être juste la fin d'après-midi, peut-être juste la montagne, peut-être juste la douceur. Ce serait doux comme un papillon qui ouvre lentement ses ailes en souriant.

024 (3)

Et le Mont nous offrirait ce rituel, cette vie. Il nous protégerait de tout et de tout le monde, à l'infini, et je ne m'en lasserai pas. On saurait que c'est pour toujours, et on serait heureux.

025 (3)

280211 1337

070

 

Posté par Nelle_ à 12:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
28.02.11

Une Vie tous les jours comme ça

020311 1320

       Une vie tous les jours comme ça, ce serait le plus beau cadeau du monde qu'on pourrait me faire.
On se réveillerait quand on voudrait, doucement avec la lumière du jour. On ouvrirait les rideaux et un peu la fenêtre, jaugeant la météo du bout du nez par la brume ou le ciel bleu sur le Mont. On s'habillerait, puis on irait petit-déjeuner le buffet à volonté.

030311 1218_2

On irait chercher quelques affaires, puis on partirait se rouler, gambader, sauter, danser, chanter, jouer dans la neige. On écouterait le ruisseau, apporterait des épluchures aux daims et dirait bonjour au beagle qui ne meurt jamais. On croiserait des traces de pattes sauvages et des chiens heureux en liberté.

030311 1251

040311 1031

005 (2)

006 (4)

012 (3)

 

Posté par Nelle_ à 12:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01.09.10

La clef des champs

210810 162505

C'est un terrain de famille, acheté pour faire paître les vaches, et transmis de génération en génération. Il est devenu verger avant guerre, se parant de mirabelliers, quetschiers et pommiers.

210810 1421

210810 1435_2

210810 1624

Gardez vos trésors. Carpe diem.

Posté par Nelle_ à 09:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09.05.10

Dvorak, Danse Slave

Posté par Nelle_ à 15:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01.08.09

Mes mains, mes yeux

31617452

J'inspirerai
Et je t'expliquerai la sensualité d'un instant, des
Mains qui se caressent sur la lettre à
Elise. Je sentirai tes lèvres dans ma nuque dans
Le courant d'un Nocturne de Chopin, tes yeux sur
Mes mains, mes yeux, mes mains, mes yeux...
J'expirerai.

Encore.

31617483

 

Posté par Nelle_ à 14:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,