28.12.15

Le secret du Bonheur

Il paraît que le Bonheur réside dans le fait d'essayer de trouver du beau dans ce que l'on possède déjà, de matériel, et immatériel.

09-11-2015 18-50-15

Mais je ne veux pas essayer de me satisfaire de ce que j'ai. J'aime ce que j'ai, j'y vois du beau, mais je crois que la clé est aussi dans le rêve. L'envie. Au mieux, de faire ce que l'on peut pour le réaliser, ce rêve. 

Qu'on y arrive ou pas, peu importe, moi je veux avoir des rêves et des envies devant moi à poursuivre. C'est ce qui me donne le Souffle.

107622152_o

J'ai écrit ces mots après un cours de piano. Mon élève a ce soir-là laissé sur mon canapé le livre « L'homme qui voulait être heureux » (Laurent Gounelle).
On a joué un 4 mains, une berceuse. C'était écrit « doux et tendre » en haut de la partition. Alors on a fait l'apologie de la douceur.  

 2015-09-22--19

 Toujours plus loin. 

Ps : Joyeux Noël de la part de Miniloup

007

008

Posté par Elle- à 08:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

27.11.15

Comment volent les Anges

Mamie est partie à l'hôpital. Elle n'y a mangé que quelques cuillérées de soupe, et a demandé à ce qu'on lui donne une piqure pour mourir. Je l'aime, et comme je l'aime, je souhaite soit qu'elle rentre chez elle paisible, soit qu'elle puisse partir vite voler sur un oiseau multicolore par-delà les nuages. Je n'ai pas peur de sa mort. Ce n'est que le cycle de la vie, une page qui se tourne naturellement ;  mais mon petit coeur est serré car je ne veux pas qu'elle soit malheureuse. 

Je ne vais pas la voir à l'hôpital, c'est un choix. Je ne le ferai que si elle le demande. Papi, lui, ne voulait pas que je le voie ainsi, pour que je garde l'image d'un papi fringant sur ses deux pieds. 

J'ai eu mamie au téléphone avant qu'elle soit emmenée. Elle m'a dit : "Tu viendras me voir une fois, quand il fera beau".
"Quand il fera beau". C'est ce qu'elle me dit depuis tous ces mois durant lesquels je ne l'ai pas vue. 

Comme je la connais, Mamie, elle doit être en train de prier. Prier un Dieu splendide d'Amour et de Paix, pour qu'il fasse beau, peu importe où, tout le temps, partout.  

J'attends. 

"How The Angels Fly", par Mina. 

Posté par Elle- à 09:46 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
21.11.15

Debout et demain

2015-07-08--23

J'osais pas. J'osais rien. Moi, le monde commun m'avait donné la peur que ci ou ça ne marche pas, la prudence à son extrême, le pragmatisme assuré. Et puis...

Il y a un an ma vie me demandait de prendre LE tournant. Elle m'a forcée (dans son sens positif) à essayer de vivre de quelque chose que fondamentalement j'Aimerai faire (donner des cours de piano). Elle ne m'a pas laissé le choix, alors j'ai tout plaqué pour faire selon son bon vouloir. Un an, le temps de me reconstruire puis construire, chercher, élaborer. Je ne peux pas encore vous dire où tout cela va car ça n'en est qu'à des balbutiements (et j'ignore s'ils deviendront des chants), une toute petite échelle, mais je peux vous dire qu'on ne regrette pas d'essayer, même s'il faut tout plaquer, quitte à ce que cela ne vous mène pas là où vous l'espériez.

Je sais bien qu'on l'entend et le lit partout, mais je vous le répète avec des frissons dans les bras : nous n'avons qu'une vie. Vivez, bordel. Vivez. Debout, et demain.

2015-08-05--10

Posté par Elle- à 09:07 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
26.10.15

Bras précieux

031112 1243_5
J'expliquais à une de mes élèves de piano que la force et l'interprétation d'un morceau ne proviennent pas que des doigts, mais de tout le bras, jusqu'à l'épaule, et même dans l'absolu de tout le corps. Elle m'a répondu que c'était tant mieux, parce que pour elle, les bras représentaient la capacité à prendre la vie. Elle a alors fait le geste d'amener cette vie à elle. Et j'ai trouvé ça beau.

Posté par Elle- à 09:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03.06.15

Dons authentiques

2015-05-22--18

J'ai pris un goûter vrai, un goûter de campagne. C'est Mon Voisin Hubert qui m'a vendu ces saucisses fumées de sanglier, et donné des poires hivernées (conservées pendant l'hiver). C'est divin, ce fumet de fait-maison qui s'en dégage. "Si vous voulez encore des poires il suffit de demander !".

Ce partage, ces dons, ces échanges qui s'intriquent, ça me touche à chaque fois. Le jour où il m'a donné six truites qu'il avait pêchées, ou celui où je l'ai entendu m'appeler depuis sa cour, pour finir par me tendre un seau de cerises qu'il venait de me cueillir, j'aurais pu écrire de longs articles la larme à l'oeil, parce que tout ça c'est donner de nous de l'authentique.

C'est ce que j'ai fait le jour où j'ai ramassé un chat parti au paradis des chats dans la cour de mes voisins pour leur éviter cette vision, c'est ce que je fais lorsque je discute avec la petite voisine de 3 ans pendant bien 20mn de ma journée parce qu'elle aime ça, ce que je fais lorsque j'envoie un colis à un être aimé, ou lorsque j'offre un barbecue et des petits pots de compote de pommes à toi qui viens en m'apportant un pot d'hortensias à planter dans le Grand Jardin. Il suffit parfois que le téléphone ou la boîte mail retentisse pour vous annoncer un adorable commentaire sur votre blog, un bonjour, un bonne nuit, un je pense à toi, un mot affectueux pour vous changer le cours d'une journée.

Dans ce monde où c'est chacun pour ses fesses, on oublie un peu ce qu'est de veiller les uns sur les autres. Pas besoin d'être de grands amis à la vie à la mort pour veiller, mais juste un peu comme ça, ce serait de la force et de l'ouverture d'esprit qu'on se donnerait.

2015-05-29--16

Le Mini-Loup aussi rencontre des amis qui veillent sur lui.

Posté par Elle- à 09:00 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19.04.15

Vivre de peu, vivre de mieux

2015-09-05--016

J'ai rangé la maison de fond en comble, j'ai trié, jeté, donné tout ce qui ne servait à rien ou me rattachait à des souvenirs médiocres. Je n'ai gardé que l'essentiel pour être heureuse, du salon à la salle de bain, des plats à tarte aux vieux papiers. Des pièces de choix qui chacune désormais servent et sont Moi. J'ai mis l'agenda à jour et défini des routines (soin de soi, intérieur, et choses à faire) qui me semblaient indispensables et que je ne tenais jamais malgré leur simplicité. 

050911 1324

Je n'avais jamais fait un ménage de printemps si constructif. Et puis je me suis rendu compte que ça n'était pas que du matériel que j'avais rangé, mais ma vie tout compris. Ma vie, mes envies, mes objectifs, mon juste essentiel à garder, améliorer ou atteindre, selon les choses.

2015-04-12--17

2015-04-12--18

2015-04-12--18

2015-04-12--18

2015-04-12--18

2015-04-13--13

2015-04-12--18

J'ai des besoins à priori simples. Je n'ai pas besoin de beaucoup d'argent (au moins assez pour satisfaire les besoins vitaux et sécuritaires), mais je veux juste vivre libre et en accord avec moi-même.

Posté par Elle- à 10:55 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
03.04.15

Au coeur et à l'âme

J'ai découvert soleil et ciel bleu en ouvrant les volets, alors qu'hier tout était gris et pluvieux.
Il a dit : "Ca fait du bien au coeur et à l'âme" ; j'ai trouvé ses mots on ne peut plus parfaits pour les partager ici, après m'être empressée d'aller petit-déjeuner dans la véranda.

DSC05041

DSC05053

DSC05057

DSC05058

Posté par Elle- à 11:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28.03.15

Lana

Je me réveille avec le jour et il n'est enfin plus trop tard. Je mets le nez dehors ; une brise amicale me caresse, un soleil majustueux réchauffe la véranda dans laquelle je vais pouvoir petit-déjeuner à nouveau. J'ai chaud. Enfin. J'ai chaud. Je suis inondée de lumière, et bonheur d'habiter ici, je n'entends que des oiseaux qui s'en donnent à coeur joie et je respire un air aux odeurs d'herbe, de pins, de bourgeons qui arrivent, et probablement de barbecue à midi. J'imagine déjà ce que je mettrai bientôt dans le potager.

2015-03-14--13

2015-03-14--13

Et puis il y a Lana. Lana, c'est le bout de chou de petite voisine de trois ans, qui a emménagé ici au printemps dernier. Sa maison, c'était celle de Juliette, la doyenne du village. Juliette qui me regardait toujours par sa fenêtre, qui me donnait des pinces à linge quand je n'en avais plus, et qui avait l'air si émue lorsque je lui avais donné un pot de confiture de groseille. Et puis elle s'en est allée. Mais une petite vie en remplace une autre, et aujourd'hui c'est une petite Lana avec toujours une touche de rose qui se pointe à mon grillage.

2015-03-18--17

2015-03-18--17

Sa mère me dit : "Ce matin elle a déjà couru partout en demandant : "Où est la voisine ?" ". J'aime bien discuter avec Lana. On parle de nos chiens, de mon chat, de savoir s'ils sont petits, moyens ou grands, de se dire qu'ils ont de beaux colliers. Elle me dit que le Mini-Loup est rigolo et elle lui fait des câlins sur le museau. Lana est toute petite, mais elle n'a pas peur des chiens. Et puis j'ai donné un oeuf Kinder à ma petite souriante. Elle a couru vers sa mère, toute heureuse, et est revenue au grillage, apposer sa petite main pour toucher la mienne. Elle m'a dit : "Après on vient". Lana voulait venir chez moi (mais ce sera pour une autre fois, je n'ai pas pu cette fois-là). C'est mon bout d'amour, mon bout de sourire à moi, Lana, et j'aime croire que ce n'est pas un hasard si on me l'a envoyée là. Le genre d'amour gratuit, qu'on vous donne insonsciemment, et qui vous fait encore aimer un peu l'humain. 

Je fais un tour au jardin, comme tous les matins au réveil, pour m'ouvrir l'appétit. Le printemps revient dans l'harmonie.

2015-03-16--17

2015-03-18--13

Et entre nous, heureusement que les beaux jours reviennent, parce que lorsque j'ai vu ça, j'ai cru que je ne voyais pas bien :

2015-03-02--20

Posté par Elle- à 15:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25.03.15

Viens grandir avec moi

DSC05068

Enfant, à chaque année de plus on dit qu'on grandit ; adulte, on dit qu'on vieillit. Pourtant, les chiffres on s'en fiche bien, on fait nos chemins. A chaque détour, à chaque caillou, quelque chose grandit en nous et on apprend à se délester de tous les bagages qui aliènent notre liberté. Quelque soit notre âge, je crois que je n'ai jamais entendu quelqu'un me dire qu'il aimerait faire un retour en arrière.

Avancer avec plaisir dans le temps, c'est aussi prendre le risque de se dévoiler, d'être vulnérable, d'oser être soi-même pour exister pleinement. Ce n'est pas une faiblesse, mais la force de prendre la vie par le bon bout.

Si la sérénité consiste à ne pas courir après le temps, alors je veux encore marcher, écouter, toucher, sentir, regarder, goûter, caresser... me laisser guider par mes sens pour faire taire toutes pensées, cesser de ruminer le passé ou de me projeter dans un avenir incertain angoissé, pour humer pleinement l'intense saveur du présent. Le temps lui-même peut cautériser tout ce qu'on croyait inguérissable, et je n'ai pas peur d'apprendre à utiliser le sens du courant, comme le nageur pour parfois me laisser porter par les circonstances, parce que j'ose croire que certaines choses n'arrivent pas par hasard.

L'autre jour je disais "Carpe Diem" en regardant Miniloup droit dans les yeux, parce que j'en étais convaincue.

Moto-0575

 

 

Posté par Elle- à 14:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
14.03.15

Recette pour Vivre

200811 1921 Me réveiller et sans un mot faire l'amour et seulement à la fin se dire bonjour, voler ta chemise à carreaux pour me lever et ne porter qu'elle, prendre des petits déjeuners dans la véranda ensoleillée les matins de printemps, et te savonner sous la douche.

Acheter une pièce de boeuf chez le boucher du village voisin, cueillir les groseilles en plein soleil, adopter un autre chien, faire l'amour dans l'herbe, inviter des amis pour un barbecue et faire des parties de Time's up hilarantes.

Te prendre en photo pour que tu voies le regard que j'ai sur toi, trouver un livre qui nous plairait à tous les deux, se lire des passages allongés sur un transat sous le noyer. Jouer au Scrabble avec toi, tes parents ou les miens, et râler parce que tu prends ma place. T'entendre râler parce que tu retrouves un de mes longs cheveux dans tes sous-vêtements.

Monter au lac de montagne et acheter du fromage d'Abondance, caresser les vaches, photographier les bouquetins, te demander si tu penses qu'on peut passer à côté d'eux si près et te voir t'amuser de moi.

Partir en week-end avec des amis, faire des billards et des baby foots où nous serions ennemis, te battre et te narguer, avant que tu te venges. Râler pour de faux lorsque mon père te propose de fumer un Romeo et Juliette en buvant un whisky, mais te faire un quatre quarts au chocolat pendant ce temps.

Dormir dans un château, voir l'élevage au col du Grand Saint Bernard, et faire jouer les chiens dans un ruisseau. Acheter des saucissons à n'en plus savoir que faire, et les déguster devant de bons feux de cheminée. Faire des parties de pétanque avec des amis et m'extasier avec toi devant les couchers de soleil.

T'embrasser à nouvel an, cuisiner ensemble un magret de canard à l'orange, m'endormir sur le canapé, jambes nues dans un pull à toi et cheveux encore mouillés, et te sentir me réveiller pour m'emmener dormir. Poser ma tête sur ton torse pour te faire comprendre sans mot dire que je t'admire, et pudiquement que tu es mon Tout.

Me faire jeter à l'eau dans la piscine ou un lac lorsque je tarde à entrer dans l'eau fraîche, m'accrocher à ton dos et me marrer comme une baleine pendant que tu nages avec moi, danser à la fête à la ferme sur des musiques kitsch des années 80, boire un verre de vin et te sentir veiller amusé sur moi pompette, te dire des bêtises et te surprendre, jour après jour.

Se faire les yeux doux tout un repas proche des lavandes en dégustant l'écrasée de pommes de terre à la truffe, que tu fasses de moi ta cavalière, chanter sur du Aretha Franklin avec une fourchette en guise de micro, danser des slows et l'instant d'après du latino, et faire de toi mon commis pour les coquillettes au chorizo.

Jouer des quatre mains au piano, inviter tous les gens que tu aimes pour un anniversaire surprise auquel tu ne t'attends pas, et faire l'amour en plein jour, dans cette véranda.

Avec toi qui un jour existeras, je veux tout ça. J'ai hâte de te connaître. 

2013-06-26--16

Posté par Elle- à 09:48 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,